Consultant-e Associé-e Programme
Tanmia.ma
Rabat, Morocco
il y a 6j

Offres d'emploi /

Le premier cas confirmé de contamination au nouveau coronavirus COVID19 a été détecté au Maroc le 2 mars 2020. Au 20 avril 2020, le nombre de cas est en augmentation, avec 2990 cas confirmés, 340 guérisons et 143 décès.

La majorité des régions du Maroc sont actuellement touchées par le virus, à des proportions différentes. Dès le début de l’épidémie, le Maroc a mis en place un Plan National de veille et de riposte à l’infection par le COVID19, en ligne avec les directives Strategic Prepardness and Response Plan COVID-19 : Operationnal Planning Guidelines to support country prepardness and Response de l’OMS.

Les axes d’intervention du plan national sont essentiellement basés sur la prévention pour limiter la diffusion de la maladie, la détection précoce des cas pour contenir la propagation, l’adaptation d’une réponse nationale adaptée au système de santé, le renforcement des mesures de prévention et de contrôle de l’infection en milieu des soins et dans les lieux de travail.

Par ailleurs, au-delà du Plan National de veille et de riposte, et à l’instar des autres pays, le Maroc a intensifié les mesures de lutte contre la pandémie COVID-19 par des mesures ambitieuses visant à réduire l’impact tant au niveau santé qu’au niveau économique.

Le pays a tout d’abord élaboré une approche pour détecter, isoler et traiter les cas de COVID19, ce gratuitement et quel que soit leur nationalité et leur statut administratif, en augmentant sa capacité à réaliser des tests diagnostic, tracer et isoler les cas et les contacts et leur offrir un traitement en milieu hospitalier, grâce à une augmentation de la capacité en lits et un éventail de prise en charge thérapeutique.

  • Le Maroc a également déclaré l’état d’urgence le 20 mars 2020, avec une fermeture de ses frontières aériennes, terrestres et maritimes ;
  • le confinement généralisé de la population tout en maintenant l’accès de la population aux services de base. Un certain nombre de mesures de soutien social ont été prises envers les familles les plus pauvres ainsi que pour soutenir les entreprises en difficulté.

    Cependant, les populations migrantes et réfugiées, qui travaillent majoritairement dans le secteur informel et n’ont pas d’accès effectif au système RAMED, ne bénéficient pas de ces mesures exceptionnelles de soutien aux populations et sont particulièrement fragilisées par les impacts sanitaires, sociaux et économiques de la crise.

    Ces mesures précoces ont permis au Maroc d’engager la lutte directe contre l’épidémie de COVID19. Cependant, l’évolution de la situation épidémiologique et la prolongation de l’état d’urgence sanitaire vont engendrer des situations critiques auxquelles le pays devra faire face.

    Ces situations critiques peuvent s’articuler autour de deux grands axes : (a) la continuité des services essentiels de soins de santé primaire et hospitalier (cancer, hémodialyse, urgences vitales, etc), en particulier pour les populations plus vulnérables, et (b) la protection des professionnels de première ligne.

    C’est dans ce cadre, que le Fonds des Nations Unies (UNFPA) avec d’autres agences des Nations et en collaboration

    avec les départements institutionnelles concernées, et des ONGs lance le projet intitulé : Assurer la continuité des

    services essentiels de soins de santé primaires et hospitaliers pour les populations vulnérables et développer des

    mesures d’hygiène et de prévention pour de secteurs essentiels non sanitaires durant la pandémie du COVID19 .

    Le projet est articulé autour de deux volets complémentaires visant le renforcement des capacités institutionnelles,

    de la société civile et des communautés pour faire face aux défis et conséquences du COVID-19. Ces interventions

    opérationnelles permettront, entres autres, de contribuer à assurer l’accès aux services essentiels de soins de santé

    primaire à la population plus vulnérable, y compris les populations migrantes et réfugiées, pendant la pandémie du

    COVID 19, et à contribuer à la prévention des conséquences lourdes sur le système de santé en post pandémie.

    Pour ce faire, l’UNFPA lance un appel à candidature pour le recrutement d’un-e consultant-e Associé-e au

    programme.

    Composantes du projet :

    Première composante visant à assurer la continuité de services dans le secteur de la santé, en particulier

    pour les populations plus vulnérables. A ce niveau, quatre composantes essentielles de services sont

    priorisées : la santé sexuelle et reproductive, les services fournis pour la prise en charge des maladies

    chroniques, les services de santé pour les femmes victimes et survivantes à la violence, la communication et

    l’engagement communautaire.

    Deuxième composante visant le renforcement de l’accès à la santé et aux moyens de protection et de

    prévention dans les lieux de travail. Pour ce deuxième volet, deux populations cibles seront envisagées : les

    professionnels de la santé, et les professionnels de première ligne travaillant dans d’autres secteurs.

    Approches du projet :

    Le projet adopte des approches innovatrices immédiates rapides et opérationnelles pour contribuer à assurer l’accès

    aux services essentiels de soins de santé primaire à la population plus vulnérable, y compris les populations migrantes et réfugiées, pendant la pandémie du COVID 19, et à contribuer à la prévention des conséquences lourdes sur le système de santé en post pandémie :

    a. Approches basées sur le self-care :

    b. Réorganisation des services et adaptation du circuit de soins

    c. Utilisation des technologies de la communication

    d. Continuité des services de prise en charge des femmes victimes de violences par les acteurs institutionnels

    mais aussi les acteurs de la société civile,

    e. Mise en place de mécanismes financiers d’aide à l’autonomisation économique et à l’accès au revenu pour les

    femmes victimes de violence,

    f. Communication et engagement communautaire

    g. Evaluation de l’impact économique et social lié à l’utilisation des services de santé

    h. Appui et protection des professionnels de première ligne

    Localisation et durée du contrat

    L’Associé-e au Programme est recruté-e sur la base d’un contrat de consultation (ICC) à temps plein pour une durée

    de 6 MOIS à partir du 01 juillet 2020. Ce poste basé à Rabat sera administré selon les procédures de ce dernier.

    Tâches et responsabilités

    Sous la supervision de la Chargée du Programme Santé Sexuelle et Reproductive, Il / elle jouera un rôle déterminant

    dans la facilitation de la mise en œuvre du projet, en soutenant la planification et la gestion. Il / elle appliquera les

    systèmes et procédures établis et contribuera à la création de connaissances en compilant, synthétisant et analysant

    les informations pertinentes, en développant des mécanismes et systèmes appropriés et en assurant le respect des

    procédures.

    Signaler cette offre d'emploi
    checkmark

    Thank you for reporting this job!

    Your feedback will help us improve the quality of our services.

    Postuler
    Mon email
    En cliquant sur « Continuer », je consens au traitement de mes données et à recevoir des alertes email, tel que détaillé dans la Politique de confidentialité de neuvoo. Je peux retirer mon consentement ou me désinscrire à tout moment.
    Continuer
    Formulaire de candidature